Home / Cuisine / Prêt en 15′. Maltagliati aux olives, scarole et guanciale

Prêt en 15′. Maltagliati aux olives, scarole et guanciale

Maltagliati with olives, escarole and guanciale

Le week-end dernier, nous avons donné un cours d’écriture culinaire à Vicenza. Chaque fois, nos huit heures et plus de conversation deviennent l’occasion de réfléchir sur de nombreux aspects, qui vont au-delà de l’écriture. Nous commençons par l’utilisation d’adjectifs et de verbes d’action spécifiques, nous passons aux expériences et à un sens aigu du lieu, puis nous nous posons des questions plus larges que nature, qui touchent à la philosophie derrière la création d’un blog.

Pourquoi ressentons-nous le besoin de partager nos recettes et notre vie en ligne ? Quand est-ce trop personnel ? Quelle est l’ampleur des délibérations derrière chaque recette ?

Les esprits s’emportent dans une discussion, il y a des côtés, les doutes inévitables apparaissent. C’est à ce moment que je me lève d’habitude, et je dis une phrase qui réconforte tout le monde et aide à remettre les choses en perspective.

Si une recette laisse une empreinte sur ma vie, je ressens le besoin de la partager ici sur le blog. Si cela m’a donné la chance de passer une soirée agréable avec des amis, j’écrirai à ce sujet. Si quelqu’un que j’aime m’a donné une bonne recette, je l’affiche ici, comme vous le feriez avec une photo sur un album de souvenirs : quand il vous manque, vous parcourez les pages et vous trouvez son sourire inaltérable.

Il y a des recettes que j’ai essayées trois ou quatre fois avant de pouvoir obtenir les résultats que je voulais, d’autres qui sont promues ici sur le blog après des années de présence humble et rassurante dans la cuisine familiale. Cela fait partie de mon répertoire culinaire.

Ensuite, il y a d’autres recettes, comme celle que je partage aujourd’hui, qui proviennent d’une combinaison parfaite de saveurs que vous avez goûtées presque par hasard. Ils frappent la bonne note, vous savez qu’ils vont fonctionner. Vous vous dépêchez d’acheter les ingrédients que vous voulez essayer à nouveau.

Dans ces cas, l’astuce est de suivre votre instinct. Si la pâtisserie est alchimie et précision, j’aime improviser en cuisine. Je le fais parfois même pendant les cours de cuisine, pour montrer comment, à partir d’ingrédients de qualité, on peut encore préparer un bon plat, ce qui nous laisse avec un sourire satisfait et un ventre plein.

Cette recette est un canevas d’ingrédients qui s’harmonisent bien et qui font déjà partie de la culture gastronomique méditerranéenne. Luciana Mosconi m’a demandé d’utiliser ses maltagliati aux oeufs, qu’ils cuisent en quelques minutes.

En ces jours où vous avez au plus une demi-heure entre le moment où vous entrez dans la cuisine et celui où vous voulez vous asseoir à table, vous avez besoin de recettes comme celle-ci, qui peuvent être faites un occhio : nous aimons cuisiner un occhio en Italie, juger les ingrédients juste en les regardant, voilà comment les grands-mères ont toujours transmis leurs recettes. Ils vous montrent le chemin mais vous laissent libre de suivre votre rythme.

Faire revenir la guanciale, la joue de porc séchée, dans une poêle. Ajouter la scarole tranchée, les olives, puis le pecorino. Combien de guanciale ? Le montant que vous avez dans votre garde-manger, ou même décider en fonction de la quantité que vous aimeriez trouver dans votre plat. Utilisez de la pancetta si vous n’avez pas de guanciale. Combien d’olives ? Si vous m’écoutez beaucoup, car j’aime leur goût amer. Utilisez ces ingrédients pour assaisonner les maltagliati qui sont en train de cuire pendant ce temps, et vous serez assis avec une assiette de pâtes chaude dans quinze minutes.

About breathtaking Life

Check Also

Salade de bifteck et de maïs avec recette Salsa Verde

Pour la Salsa Verde : Dans un grand bol, mélanger les câpres, les cornichons, l’ail, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *